Archives expositions collectives 2ème  semestre 2016

Communiqué de presse


L’idée à l’origine de cette exposition est née d’une inversion du point de vue. Comme le montre Francis Hallé, dans Il était une forêt (2013, réalisateur : Luc Jacquet), l’arbre sait déployer, avec une intelligence supérieure de l’adaptation, de multiples stratégies d’existence et de résilience : expansion territoriale conquérante, captation d’une faune commensale, recours au vent et aux oiseaux pour la pollinisation et la multiplication de ses plants… L’artiste qu’intéresse l’arbre, et qui s’applique à en démultiplier la figure et l’aura, peut dès lors être considéré comme un allié de l’arbre. De celui-ci, dont il fait le thème princeps de sa création, il va accroître la représentation, la visibilité, l’importance symbolique et factuelle. À travers ses réalisations, l’artiste dendrophile affirme de la sorte un autre potentiel de l’arbre, outre ses ordinaires capacités à être, à occuper de l’espace et à absorber du CO2 — chanter sa gloire. Cette exposition, dans cette optique, doit certes être regardée comme une somme d’expressions humaines. À l’égal, entendue cette fois depuis le point de vue de l’arbre, elle se valide aussi comme un ensemble mettant les humains au service de l’arbre pour déployer des formes nouvelles, dendromorphes — des dendromorphies.










































































Dossiers  

 







Récents  





































































Résultats de la recherche        Supprimer  Déplacer  Spam    Plus         




















































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































 



Recherche

  































































































Gilles Aillaud  

Important







Marika Prévosto   


À

sandie hatem

 

  


 jul 1 à 2h10 PM  







Gilles Aillaud, Le silence sans heurt du présent





En coproduction avec les Musées des beaux-arts de Rennes et de Saint-Rémy de Provence, cette rétrospective parrainée par la Fondation d’Entreprise Michelin est la première grande exposition consacrée à l’artiste depuis 10 ans. Une cinquantaine de tableaux provenant de grandes collections publiques et privées seront exposés au FRAC Auvergne.



























































.
















 







Exposition du 26 novembre 2016 au 11 janvier 2017. Topographie de l'art, 15 rue de Thorigny - 75003 Paris. Tél.: +33 (0)1 40 29 44 28. Ouverture du mardi au samedi de 14h à 19h.














Dendromorphies — Créer avec l’arbre se veut un ajout aux nombreuses expositions consacrées ces dernières années, de par le monde, au thème de l’arbre, en milieu fermé comme en pleine nature. L’arbre, aujourd’hui, mobilise de manière intense le champ de l’art contemporain. Tout comme il mobilise, en objet salvateur cette fois, celui de l’écologie ou de l’architecture. Créature clé dans le dispositif du care, qu’il s’agisse du « soin » social (les parcs, la nature restaurée) ou écologique (la diminution du désastreux bilan carbone de l’humanité), l’arbre est ce recycleur naturel dont notre environnement a un besoin pressant. Un roi factuel, un roi symbolique. À dessein, « Dendromorphies — Créer avec l’arbre » choisit la diversité. Le rapport qu’y entretiennent les artistes avec l’arbre est multiple et protéiforme — à l’image en vérité de notre culture, celle de l’opinion, de la détermination personnelle, de l’expérimentation ou de la célébration privées. La malléabilité du thème de l’arbre, intense, permet cette ouverture sans la freiner ou la contenir. Tel(le) artiste privilégiera, abordant le thème de l’arbre, la notion classique de l’« arbre de vie » (Sara Conti), en y greffant au besoin les obsessions de sa propre création (Clorinde Coranotto, Iris Crey, Aurélie Gravas). Tel(le) autre, inclinant à célébrer la beauté plastique de l’arbre, son fonctionnement, sa capacité à investir notre imaginaire, en donnera des déclinaisons flatteuses (Laurent Perbos) ou riches d’inspiration symbolique (Patrick Van Caeckenbergh). Certains ont à cœur le thème de l’enracinement (Askhat Akhmedyarov, Abdul Rahman Katanani), d’autres, celui de l’omniprésence (Persijn Broersen & Margit Lukács, Thomas Lévy-Lasne) quand d’autres encore s’inscrivent dans un processus écologique de recyclage (Laurent Tixador), de multiplication (Ackroyd & Harvey) ou d’alchimie biologique (Sam Van Aken). L’arbre, pour solde de tout compte, s’érige au rang de figure de gloire. On lui attribue le pouvoir de la parole (Sean Capone), on lui dresse des sculptures totémiques (Fabrice Langlade), on déplore sa surutilisation orientée à des fins spéculatives par le capitalisme mondialisé (Khvay Samnang).


La scénographie de l’exposition, judicieusement étudiée, regroupe par emplacements plusieurs oeuvres du même artiste. Il en est ainsi par exemple de Laurent Perbos et de Fabrice Langlade, dont les diverses pièces installées en proximité dialoguent assez facilement. Durant le parcours, le regard sur l’arbre, maître en la demeure, se nourrit de manière différente selon les nouveaux points de vue dévoilant le rapport singulier des artistes envers ce végétal géant.

Le grand espace de fond proposé à la fresque de Sara Conti, Genesi, collage papier sur mur d’environ 10 mètres, fournit une source dynamique et abonde heureusement l’espace consacré aux femmes dans l’exposition où elles sont en large minorité, bien que beaucoup en France et dans le monde se soient accaparé le sujet. L’arbre reste-t-il encore un symbole masculin? Les pièces choisies sont parlantes et se suffisent à elles-mêmes, mais il peut être utile pour en savoir plus de consulter le dossier de presse bien nourri de cette intelligente et belle exposition téléchargeable ici….




















Dendromorphies - Créer avec l’arbre, Topographie de l’art, Paris

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2016. Tous droits réservés

  Dendromorphies - Créer avec l’arbre
  Topographie de l’art, Paris
  26.11.2016 - 11.01.2017